samedi 1 octobre 2016

Le festival de la photo de La Gacilly

Voilà, cela pile poil un mois que j'y suis allée et que j'en suis revenue, au moins aussi ravie que l'année dernière. Aussi ravie? Non, plus enchantée que l'année dernière pour deux raisons:
- le thème principal tout d'abord, centré sur le Japon ne pouvait que me plaire
- et puis j'y suis allée hors vacances scolaire puisque les gamins vennaient de reprendre le chemin de l'école. Il n'y avait donc dans les rues* pratiquement que des touristes étrangers (beaucoup d'Anglais et un certain nombre d'asiatiques, probablement d'origine japonaise) et des personnes n'ayant plus d'enfants à charge, donc beaucoup, beaucoup moins de monde qu'en août 2015.
* L'une des spécificités du festival c'est que les oeuvres sont quasiment toutes exposées en plein air

vendredi 30 septembre 2016

Voyage à Nantes 2012 (4)

Et enfin, la période du Voyage à Nantes est l'occasion de revoir sous un autre angle certaines belles pièces du patrimoine Nantais. 
Tel est le cas par exemple du monument érigé en souvenir des parents de Anne de Bretagne que l'on peut voir au sein de la cathédrale. Pendant des années, il a été difficile d'en admirer les détails car il se trouvait dans un coin sombre et les adultes de taille moyenne avaient les yeux à hauteur des gisants. Désormais l'oeuvre est parfaitement visible car un petit escalier conduit à un promontoire duquel on surplombe le monument. Et surtout, grâce à des spots, l'oeuvre sort enfin de l'ombre (sauf semble t il aux heures où sont célébrés les offices).
Et puis, à l'intérieur du passage Ste Croix, j'ai retrouvé avec plaisir "le sorcier"* de Herbert Ward qui était devenue invisible depuis que le musée des beaux-arts de Nantes avait été fermé pour des travaux de rénovation, en décembre 2011**.  
Là aussi, les marches qui mènent au 1er étage de l'espace Ste Croix sont bien utiles pour poser un autre regard sur cette oeuvre assez typique de début du XXème siècle
http://musee.louvre.fr/bases/doutremanche/notice.php?lng=0&idOeuvre=2779&f=2200
** Les travaux qui ne devaient durer que 2 ans auront été beaucoup plus long que prévu car la date de ré-ouverture au public n'est désormais prévue que pour juin 2017!

jeudi 29 septembre 2016

Voyage à Nantes 2012 (3)

Le voyage à Nantes, c'est aussi l'occasion, lors des promenades pour découvrir les oeuvres temporaires (celles qui ne seront plus visibles à compter du 1er septembre)
- de voir les nouvelles créations appelées à devenir des oeuvres pérennes, comme par exemple "l'arbre à (paniers de) basket installé cet été 2012 sur le site des machines de l'île**
- ou de retrouver celles des années antérieures, par exemple la station Prouvé* qui elle avait été rénovée lors des manifestation d'Estuaire ...2009. 
* un arbre très apprécié, quel que soit l'âge des amateurs de ballon mais aussi des tagueurs peu doués qui apprécient de laisser leur "signature" sur les panneaux du bas  
**http://www.levoyageanantes.fr/etapes/la-station-prouve/

mercredi 28 septembre 2016

Voyage à Nantes 2012 (2)

Cette même année, parmi les oeuvres temporaires, il y avait aussi le collectif de "over the world" qui présentait le travail de 9 graffeurs qui avaient été autorisés à laisser libre court à leur imagination sur des supports divers & variées et notamment les immeubles HLM du côté de la rue des Marins.

Et là encore, je dois reconnaître que j'ai bien aimé. Entre ce type d'oeuvres et les gribouillages sans grand intérêt de certains tagueurs le choix était vite fait!

Et j'ai même regretté qu'une fois la période du VAN passée, ces réalisations soient retirées car je suis repassée depuis dans le secteur et c'est un petit peu tristounet.


mardi 27 septembre 2016

Voyage à Nantes (VAN) 2012 (1)

Retour sur de vieilles photos, celles réalisées lors du voyage à Nantes (VAN en plus rapide) 2012, l'année où les organisateurs ont remis en service un vieux combi Volkswagen* customisé pour l'occasion. Depuis, il ressort régulièrement.
Autrement cette année là, parmi les créations éphémères, je n'ai pas plus été convaincue que cela par ces espèces de flammes en plastique brillant du "Superama" qui émergeaient à la perpendiculaire de la rue d'Ancin, une petite ruelle dont les escaliers permettent aux piétons de passer de  la rue de la Héronnière au quai de la Fosse.
Et puis il y avait le "Voronoï" dont voici la définition telle qu'elle figurait à côté de l'oeuvre: "... forme ellipsoïdale en polygones de Voronoï (alvéoles mathématiques correspondant à une décomposition de l'espace selon des phénomènes de croissance).
à noter que ces deux oeuvres avaient été réalisées par l'Ecole nationale supérieure d’architecture de Nantes et avaient pour but de dialoguer avec l'environnement urbain.

Beaucoup plus intéressante (à mes yeux) était l'oeuvre installée sur la place du Bouffay et intitulée "le déménagement" : un angle de d'immeuble  reproduisant les caractéristiques des beaux bâtiments  nantais du 18ème siècle, tels qu'on peut les voir notamment du côté de l'ilôt Kervégan...suspendu en l'air avec, sur un monte-charge tel qu'en utilisent les déménageurs, un table et des chaises. 
Et là j'ai beaucoup plus accroché. Chacun son truc!



lundi 26 septembre 2016

Balade au parc de la Gaudinière (2)

Hier, il était question des canards, mais aussi des cygnes qui ont élu domicile dans la partie basse du parc et prennent parfois, pour qui est un peu patient , de fort jolies poses.










A défaut, les amateurs d'images s'orienteront vers les photos ciblées botanique. Impossible par contre de me rappeler si les pelouses sont ou non non accessibles au public: celles du jardin des plantes ne le sont pas (sauf dans le carré où fleurissent des spécimens de plantes "de saison") à la différence de celles du parc de Procé ou du parc floral de la Beaujoire.

dimanche 25 septembre 2016

Balade au parc de la Gaudinière (1)

Le parc de la Gaudinière est l'un des 100 parcs et jardins de la ville de Nantes. C'est d'ailleurs plus un parc qu'un jardin d'ailleurs car sa surface est supérieure à 12 hectares. 

Il possèdes 3 spécificités:
- celle d'être naturellement vallonné (à la différence par exemple du jardin des plantes) et boisé
- celle d'être véritablement traversé par un cours d'eau (là aussi à la différence du jardin des plantes):  le ruisseau de la Patouillerie qui se jette dans le  Cens lequel, à peu de kilomètres joint ses eaux à celle de l'Erdre...
- celle d'être le parc le plus riche en bulbes de fleurs qui sont éparpillés un peu partout et notamment dans la pelouse centrale qui offre un joli nuancier de tons jaunes & blancs au printemps.

Pas de plantes à bulbe fleuries sur les images qui suivent, juste 3 "moments" qui jalonnent le parcours de celui qui remonte le cours du ruisseau que l'on peut franchir deci-delà... voire s'installer sur quelque grosse pierre plate pour mieux observer le manège des canards, les cygnes restant en général dans la partie basse du parc, là où le ruisseau a été aménagé en un petit lac.

samedi 24 septembre 2016

Retour sur les expositions... "Posture Imposture" à l'espace Cosmopolis

Un titre pour le moins surprenant (que je ne comprends toujours pas*) mais qui correspond un regard autre que celui porté habituellement sur les phénomènes migratoires.
La photographe a en effet effectué un rapprochement entre le phénomène migratoire ancien des oiseaux et celui  récent des des migrants.  Elle s'est donc rendue sur les lieux emblématiques de passage des migrants mais en demandant à un certain nombre d'entre eux de porter un "masque" d'oiseau afin de faciliter le rapprochement avec la notion d'oiseau migrateurs.Tel est l'objet de la présente exposition: présenter les photos ayant résulté de ces rencontres
Ainsi qu'elle le dit elle même " Mon approche, à la fois pudique et originale, les changeait des traditionnels journalistes qui viennent quotidiennement les interviewer, sans pour autant prendre le temps de s'intéresser à eux"
En fait, j'ai trouvé beaucoup plus parlant l'exposition au 1er étage et qui était consacrée aux 30 ans de présence de Médecins du Monde en Pays de la Loire. C'était une bonne manière de mettre à bas certains préjugés avec notamment quelques chiffres dont ceux-ci : les personnes d'origine immigrée représentent 11% de la population (beaucoup, beaucoup moins qu'au Koweit ou au Quatar), les personnes étrangères ne représentent que 6% de la population (chiffre stable depuis 1990) et celles en situation irrégulière sont estimées à 0.6% de la population.
* Même après avoir relu ce qui a été écrit au moment de l'exposition: http://www.terristoires.info/culture/posture-imposture-dannick-sterkendries-un-voyage-au-c%C5%93ur-des-jungles-deurope-2083.html  

vendredi 23 septembre 2016

Retour au Puy du Fou... les oiseaux



 Parmi les différents spectacles, il y avait le bal des oiseaux qui via un scénario centré autour d'une tour dans laquelle auraient été élevés des oiseaux mettait en scène des rapaces qui évoluaient au milieu des spectateurs auxquels il avait été demandé au préalable de rester le plus calmes possible et d'éviter les gestes brusques.

jeudi 22 septembre 2016

"La photographe" T2 de Kenichi Kiriki

Avec ce second volume, on reprend le même principe que pour le volume 1 sauf que cette fois-ci l'héroïne ne reste pas toujours à Tokyo car avec 3 autres membres de son club photo ils se préparent à tenter le "Koshien", un concours photo réservé aux lycéens. Ce sera l'occasion pour l'auteur de brosser quelques portraits de photographes et notamment d'essayer de faire comprendre la diversité des manières d'aborder la photo.
Pourquoi pas! Mais cette fois -ci j'ai saturé en lisant 3 fois quasiment les mêmes infos sur les endroits visités: 
- la version manga où l'un des personnages (en général la photographe) commente ce qu'elle voit ou ce qu'il y a à savoir,
- puis le récit de l'auteur du manga q
ui, pour préparercelui-ci, s'est rendu aux différents endroits, 
- et enfin le plan du site avec un descriptif des différentes choses qu'on peut voir et bien souvent qu'on a vu en lisant le manga...
Certes, comme on me l'a conseillé, je pourrais ne lire que deux versions sur les 3...Mais quel est l'intérêt dans ce cas? Dans un livre, une BD, saute t on des chapitres? 
Du coup, je ne sais pas trop si j'achèterai le T3 lorsqu'il sortira.
Mais comme il faut être honnête, voici un autre regard qui a été porté par un internaute sur ce manga.
"le lecteur est ainsi plongé à nouveau dans les quartiers plus ou moins célèbres de la capitale japonaise, afin d'y découvrir des recoins généralement méconnus.... diversité des lieux visités et des instants parfois fugaces immortalisés par les photos, mais aussi de l'apparition d'un fil rouge avec les qualifications pour le koshien de photos, ce qui permet de mieux présenter certaines autres figures du club qui viennent dynamiser un petit plus le récit....La prise d'importance des autres personnages gravitant autour d'Ayumi permet d'enrichir l'abord de la photographie, que ce soit en opposant argentique et numérique, en présentant quelques appareils et leurs composantes, en abordant des façons différentes de photographier (...). A travers tout cela, on ressent bien toute la passion de l'auteur pour la photographie.
La qualité première de Kenichi Kiriki reste toutefois cette faculté à nous faire ressentir en seulement quelques pages l'atmosphère unique, l'ambiance parfois chargée d'histoire d'un lieu, d'un objet. (...)
En résulte un récit qui, entre guide d'un Japon regorgeant de recoins méconnus et simple carnet de voyage dépaysant, reste un plaisir à parcourir, de préférence à petites doses pour bien prendre le temps de s'imprégner de chaque endroit...."