dimanche 24 septembre 2017

Nantes la nuit

Vendredi & samedi soir le jardin des plantes a été ouvert en nocturne. Après une période pluvieuse, il faisait beau et doux et c'était l'occasion rêvée pour y aller à pied en réalisant quelques photos de monuments & sites plus ou moins emblématiques de Nantes. Et tout d'abord la place Royale, encore très fréquentée en ce début de soirée, avant de lever le nez vers le clocher -campanile de l'église Ste Croix.
Plus loin, il y a eu une longue pause au mur d'eau qui, la nuit, est éclairé. Il représentait un sacré défi à photographier
- j'avais volontairement  laissé le pied de l'appareil photo chez moi
- fixer une image colorée mouvante avec une faible à lumière n'estpas aisé
- le principe du plan d'eau c'est d'offrir un spectacle en permanence renouvelé avec différentes séquences qui se succèdent (lampes éteintes ou allumées, variation de couleurs, variation des hauteurs de jets etc...
Sans compter que régulièrement des personnes -tant adultes que enfants- passent, pour jouer, au travers. Conclusion, il y a eu beaucoup de photos pour au final n'obtenir que ceci 

lundi 22 mai 2017

"Culottées" Tome 1 de Pénélope Bagieu


Un livre découvert un peu par hasard... alors même qu'il est sorti en septembre 2016. Mais quand je l'ai feuilleté, alors même que le style de dessin n'est pas celui que je préfère en BD, j'ai tout de suite accroché à cause de la manière de présenter ses héroïnes.
Bon j'avoue qu'ayant ensuite lui quelques commentaires sur le net, j'ai découvert qu'elle avait parfois donné une vision un peu faussée desdites dames dont certaines avaient quand même de fichus traits de caractère et ne répugnaient pas à user de la violence: comme par exemple Wu Zetian, la seule impératrice de Chine.


Voici donc quelques dames plus "pacifiques"
- la 1ère citée, c'est Clémentine Delait (1865-1939) une femme dont la célébrité ne devint notoire que lorsqu'elle cessa de ... se raser barbe et moustache au point de devenir la mascotte des poilus de la guerre 14-18!
- Mais j'ai aussi beaucoup aimé l'histoire de Margaret Hamilton (1902-1985) qui osa assumer son nez et, elle qui avait commencé à travailler comme institutrice, terrorisa des générations d'enfants dans son rôle de sorcière du "Magicien d'Oz" . Un rôle pour lequel elle prit de grands risques, notamment lorsque lors du tournage d'une scène sa tenue prit feu et qu'elle fut gravement brûlée à cause de son maquillage vert à base de cuivre, ce qui lui valu 3 mois de soins!
- La dernière que je mentionnerai parmi les 15 histoires racontées dans ce livre, ça sera celui de Leymah Gbowee, une libérienne née en 1972 qui a reçu en 2011 le prix Nobel de la paix* pour avoir mobilisé et organisé les femmes au delà des divisions ethniques ou religieuses afin de mettre fin à la longue guerre que connaissait son pays.
* prix partagé avec sa compatriote, Ellen Johnson Sirleaf (présidente du Libéria depuis 2005) & une  yéménite militant pour le droit des femmes 

dimanche 21 mai 2017

"Patients" de Grand Corps Malade & Mehdi Idir


Un film pour ceux qui ont aimé "le scaphandre & le papillon" ou "Intouchables": deux films qui décrivaient la vie de personnes devenues handicapées avec à la fois du réalisme dans la description de leur quotidien* mais aussi de l'humour. Deux films inspirés de faits réels, tout comme celui-ci. 

Deux différences toutefois
- dans ce film, le héros va parvenir petit à petit à recouvrir un certain nombre de capacités... d'où le moment très difficile lorsque le médecin lui fait comprendre que "Oui il a récupéré un certain nombre de fonctions mais non, il va devoir revoir son projet de devenir professeur de sport". C'est un coup de massue pour lui, mais au final il repartira du centre de ré-éducation en se disant que, même si il aura toujours l'étiquette "handicapé" lui a eu de la chance par rapport à ceux qui ne remarcheront jamais et vivront toujours en structure
- ici l'histoire n'est pas centrée sur une seule personne qui viendrait d'un milieu privilégié car autour de Ben évoluent d'autres jeunes & moins jeunes au passé parfois difficile, parfois limite "cas soc' " comme le dit l'un des personnages qui se demandent où sont les femmes et surtout les "Jean-Edouard du 16ème". Les femmes il n'y en a qu'une, arrivée là après avoir "raté" son suicide suite à une déception amoureuse. Et ce qui a amené tous ces jeunes gens au centre de rééducation est très varié: de celui né comme ça: handicapé, au caïd qui n'avait pas peur des armes, jusqu'au moment où il en reçu une dans le dos (et pleure car il sait qu'il ne pourra pas se venger de celui qui lui a fait ça, ni même s'occuper de sa femme & son enfant) en passant par l'accident de prototype de moto ou de plongeon en piscine. 
Seul regret à l'issue de ces quasi 2 heures de film: l'image donnée des aides-soignants, que ce soit Jean-Marie qui infantilise les patients en s'obstinant à leur parler en leur disant "il" ou Christiane qui est d'une maladresse catastrophique. 
* Pas évident d'avouer à un copain que c'est un rêve de pouvoir aller aux toilettes seul et qu'en attendant il faut accepter d'être sondé quand c'est l'heure. 

samedi 1 octobre 2016

Le festival de la photo de La Gacilly

Voilà, cela pile poil un mois que j'y suis allée et que j'en suis revenue, au moins aussi ravie que l'année dernière. Aussi ravie? Non, plus enchantée que l'année dernière pour deux raisons:
- le thème principal tout d'abord, centré sur le Japon ne pouvait que me plaire
- et puis j'y suis allée hors vacances scolaire puisque les gamins vennaient de reprendre le chemin de l'école. Il n'y avait donc dans les rues* pratiquement que des touristes étrangers (beaucoup d'Anglais et un certain nombre d'asiatiques, probablement d'origine japonaise) et des personnes n'ayant plus d'enfants à charge, donc beaucoup, beaucoup moins de monde qu'en août 2015.
* L'une des spécificités du festival c'est que les oeuvres sont quasiment toutes exposées en plein air

vendredi 30 septembre 2016

Voyage à Nantes 2012 (4)

Et enfin, la période du Voyage à Nantes est l'occasion de revoir sous un autre angle certaines belles pièces du patrimoine Nantais. 
Tel est le cas par exemple du monument érigé en souvenir des parents de Anne de Bretagne que l'on peut voir au sein de la cathédrale. Pendant des années, il a été difficile d'en admirer les détails car il se trouvait dans un coin sombre et les adultes de taille moyenne avaient les yeux à hauteur des gisants. Désormais l'oeuvre est parfaitement visible car un petit escalier conduit à un promontoire duquel on surplombe le monument. Et surtout, grâce à des spots, l'oeuvre sort enfin de l'ombre (sauf semble t il aux heures où sont célébrés les offices).
Et puis, à l'intérieur du passage Ste Croix, j'ai retrouvé avec plaisir "le sorcier"* de Herbert Ward qui était devenue invisible depuis que le musée des beaux-arts de Nantes avait été fermé pour des travaux de rénovation, en décembre 2011**.  
Là aussi, les marches qui mènent au 1er étage de l'espace Ste Croix sont bien utiles pour poser un autre regard sur cette oeuvre assez typique de début du XXème siècle
http://musee.louvre.fr/bases/doutremanche/notice.php?lng=0&idOeuvre=2779&f=2200
** Les travaux qui ne devaient durer que 2 ans auront été beaucoup plus long que prévu car la date de ré-ouverture au public n'est désormais prévue que pour juin 2017!

jeudi 29 septembre 2016

Voyage à Nantes 2012 (3)

Le voyage à Nantes, c'est aussi l'occasion, lors des promenades pour découvrir les oeuvres temporaires (celles qui ne seront plus visibles à compter du 1er septembre)
- de voir les nouvelles créations appelées à devenir des oeuvres pérennes, comme par exemple "l'arbre à (paniers de) basket installé cet été 2012 sur le site des machines de l'île**
- ou de retrouver celles des années antérieures, par exemple la station Prouvé* qui elle avait été rénovée lors des manifestation d'Estuaire ...2009. 
* un arbre très apprécié, quel que soit l'âge des amateurs de ballon mais aussi des tagueurs peu doués qui apprécient de laisser leur "signature" sur les panneaux du bas  
**http://www.levoyageanantes.fr/etapes/la-station-prouve/

mercredi 28 septembre 2016

Voyage à Nantes 2012 (2)

Cette même année, parmi les oeuvres temporaires, il y avait aussi le collectif de "over the world" qui présentait le travail de 9 graffeurs qui avaient été autorisés à laisser libre court à leur imagination sur des supports divers & variées et notamment les immeubles HLM du côté de la rue des Marins.

Et là encore, je dois reconnaître que j'ai bien aimé. Entre ce type d'oeuvres et les gribouillages sans grand intérêt de certains tagueurs le choix était vite fait!

Et j'ai même regretté qu'une fois la période du VAN passée, ces réalisations soient retirées car je suis repassée depuis dans le secteur et c'est un petit peu tristounet.


mardi 27 septembre 2016

Voyage à Nantes (VAN) 2012 (1)

Retour sur de vieilles photos, celles réalisées lors du voyage à Nantes (VAN en plus rapide) 2012, l'année où les organisateurs ont remis en service un vieux combi Volkswagen* customisé pour l'occasion. Depuis, il ressort régulièrement.
Autrement cette année là, parmi les créations éphémères, je n'ai pas plus été convaincue que cela par ces espèces de flammes en plastique brillant du "Superama" qui émergeaient à la perpendiculaire de la rue d'Ancin, une petite ruelle dont les escaliers permettent aux piétons de passer de  la rue de la Héronnière au quai de la Fosse.
Et puis il y avait le "Voronoï" dont voici la définition telle qu'elle figurait à côté de l'oeuvre: "... forme ellipsoïdale en polygones de Voronoï (alvéoles mathématiques correspondant à une décomposition de l'espace selon des phénomènes de croissance).
à noter que ces deux oeuvres avaient été réalisées par l'Ecole nationale supérieure d’architecture de Nantes et avaient pour but de dialoguer avec l'environnement urbain.

Beaucoup plus intéressante (à mes yeux) était l'oeuvre installée sur la place du Bouffay et intitulée "le déménagement" : un angle de d'immeuble  reproduisant les caractéristiques des beaux bâtiments  nantais du 18ème siècle, tels qu'on peut les voir notamment du côté de l'ilôt Kervégan...suspendu en l'air avec, sur un monte-charge tel qu'en utilisent les déménageurs, un table et des chaises. 
Et là j'ai beaucoup plus accroché. Chacun son truc!



lundi 26 septembre 2016

Balade au parc de la Gaudinière (2)

Hier, il était question des canards, mais aussi des cygnes qui ont élu domicile dans la partie basse du parc et prennent parfois, pour qui est un peu patient , de fort jolies poses.










A défaut, les amateurs d'images s'orienteront vers les photos ciblées botanique. Impossible par contre de me rappeler si les pelouses sont ou non non accessibles au public: celles du jardin des plantes ne le sont pas (sauf dans le carré où fleurissent des spécimens de plantes "de saison") à la différence de celles du parc de Procé ou du parc floral de la Beaujoire.

dimanche 25 septembre 2016

Balade au parc de la Gaudinière (1)

Le parc de la Gaudinière est l'un des 100 parcs et jardins de la ville de Nantes. C'est d'ailleurs plus un parc qu'un jardin d'ailleurs car sa surface est supérieure à 12 hectares. 

Il possèdes 3 spécificités:
- celle d'être naturellement vallonné (à la différence par exemple du jardin des plantes) et boisé
- celle d'être véritablement traversé par un cours d'eau (là aussi à la différence du jardin des plantes):  le ruisseau de la Patouillerie qui se jette dans le  Cens lequel, à peu de kilomètres joint ses eaux à celle de l'Erdre...
- celle d'être le parc le plus riche en bulbes de fleurs qui sont éparpillés un peu partout et notamment dans la pelouse centrale qui offre un joli nuancier de tons jaunes & blancs au printemps.

Pas de plantes à bulbe fleuries sur les images qui suivent, juste 3 "moments" qui jalonnent le parcours de celui qui remonte le cours du ruisseau que l'on peut franchir deci-delà... voire s'installer sur quelque grosse pierre plate pour mieux observer le manège des canards, les cygnes restant en général dans la partie basse du parc, là où le ruisseau a été aménagé en un petit lac.