mercredi 5 juin 2013

Sur Facebook on meurt aussi...

Cela fera 4 ans en octobre que je me suis inscrite sur Facebook où je n'ai jamais cherché à accumuler les "ami(e)s" où ne figure aucun membre de la "famille de sang" (pas besoin de ce "réseau social" pour communiquer entre nous). Le nombre d'ami(e)s reste donc modeste et a été principalement alimenté par un jeu que beaucoup laissent tomber car il est devenu trop "commercial". C'est par ce biais que j'avais connu "Arthur", C. et Véro. Avais car tous les 3 sont morts. Et à chaque annonce de leur décès, bien que je les aies jamais rencontrés autrement que virtuellement, ni même ça a été un petit pincement au coeur. 
"Arthur", qu'il me pardonne d'avoir oublié son véritable prénom oublié à force de voir son avatar, celui où figurait l'épée Excalibur, était un homme adorable: courtois, souriant*, passionné de musique... Tant qu'il a pu (car déjà le cancer le rongeait sans que jamais il ne se plaigne) il a déposé des morceaux de musique sur lesquels il invitait les Dames à danser* le rock, la valse... Quand la maladie s'est faite trop présente, il s'en est allé mourir auprès d'un de ses enfants installé outre-Atlantique et c'est une amie commune qui nous a fait part de sa disparition.
C. était une femme présente sur le "mur" tout en étant très discrète (véritable nom comme "Arthur" mais aucune photo d'elle) notamment par rapport à sa maladie dont j'avais deviné l'existence via une petite phrase qui m'avait incitée à la contacter par "MP"**  pour en savoir plus. J'avais alors découvert que peu après son veuvage, elle avait appris qu'elle était atteinte d'un cancer qui avait été "guéri"... du moins pendant un temps puisqu'elle venait de recommencer des soins dont elle ne souhaitait pas faire étalage sur le net. Facebook était pour elle une "fenêtre" grâce à laquelle elle pouvait essayer d'oublier. Elle avait d'ailleurs demandé à sa soeur dont le prénom commençait par la même initiale de "reprendre" son compte, une manière de rendre hommage à ceux et celles qui l'avaient "aidée", parfois sans même le savoir.
Véro est la dernière à avoir "disparu". Véro la Puce, car sur FB ele avait opté pour un pseudo et non son vrai nom. Une Puce qui piquait parfois là où ça fait mal, en dénonçant tout haut ce que certains pensaient parfois tout bas. Alors ça avait donné quelques batailles verbales qui parfois auraient gagné à ne pas être mise sur la place publique, pardon sur le mur d'actualité de FB. Mais elle était ainsi Véro. Une Véro qui avait elle aussi ses failles -dont elle ne disait mot ou alors de manière très subtile, via son avatar- qui l'éloignaient des PC. C'est son frère qui a pris le relais pour annoncer que Véro était décédée un mois après avoir tenté, et finalement réussi, mis fin à ses jours.
... Cancers, suicide... et encore n'est ce que ce les "disparitions" que j'ai remarquées car, sauf à bien connaître les personnes, qui finalement s'inquiète vraiment lorsque quelqu'un n'écrit plus sur son mur?
* Oui même virtuellement on peut "voir" le sourire de quelqu'un ou "danser"
** MP pour "Message Personnel"

2 commentaires:

flo a dit…

Les réseaux sociaux ont créé de nouveaux types de relations entre des gens qui ne se connaissent pas "en vrai". Ce genre de mauvaises nouvelles est toujours troublant: de la peine, mais aussi quelque chose de très abstrait....
Verveine

@nn@ a dit…

Un peu comme via les blogs, certaines personnes finissent par se rencontrer Flo. Mais c'est rare, parce que le net a ses limites pour abolir les distances, notamment entre des personnes qui vivent parfois fort éloignées.
Le décès de ces 3 personnes m'a touché:
- Arthur parce que c'était un homme adorable que j'aurais aimé avoir plus le temps de connaître,
- "C" qui avait quasiment le même âge que moi, parce que malgré sa vie difficile elle ne se plaignait pas
- Véro, parce que beaucoup, moi la première, nous n'avons remarqué que la femme bien en colère sans voir que c'était quelqu'un de triste qui pouvait retourner cette colère contre elle.