jeudi 18 juillet 2013

Elle court, elle court la rumeur...

... la rumeur au long des pages de Facebook, de Twitter... et illustre de triste façon la face sombre des moyens de communications. Dernier exemple en date: l'accident de train de Brétigny-sur-Orge du 12 juillet dernier. 
Quelques heures après l'accident a commencé à circuler une information où il était fait état de " la présence d'un groupe de jeunes «qui semblent porter secours aux victimes» mais qui, selon les policiers présents, auraient été «présents pour dépouiller les victimes et notamment les premiers cadavres». " Sauf que le lendemain matin, les équipes de la Croix-Rouge et du Samu qui sont intervenues contrediront cette information et expliqueront ne pas avoir été gênées dans leur travail par les badauds et ne pas avoir vu de pillage. 
Qui croire? Surtout quand on apprend qu'en fait tout est parti des propos tenus par un membre de la police appartenant au syndicat Alliance qui n'est pas vraiment proche du pouvoir actuellement en place. Une semaine après les faits, le syndicat persiste et signe en se référant à un rapport de police un tantinet flou. Mais en fait seules 4 plaintes ont été enregistrées.

Ce jour, ça recommence... enfin a priori de façon très limitée, via un forum de discussion où une personne très courageuse (car cachée derrière un pseudo) s'appuyant sur l'avis d'un cheminot retraité (lui aussi anonyme) qui a vu une photo de la pièce qui a causé l'accident, affirme haut et fort que "c'est une bande de jeunes qui a organisé cet attentat afin de dépouiller les personnes". Rien que ça!  
Il semblerait que cette fois-ci ça ne prenne pas car heureusement l'impact d'un forum de discussion n'est pas celui d'un représentant des forces de l'ordre parlant devant le micro d'un journaliste.
PS du 20 juillet:
ça continue avec cette fois un rapport d'une compagnie de CRS dont on apprend ensuite qu'elle "...
est arrivée sur place vers 19 heures [le] 12 juillet. Soit 1h30 après l'arrivée des premiers secours et, surtout, longtemps après le moment présumé des pillages..."
Quant à la fameuse pièce dont les boulons auraient été enlevés ou auraient cédé en même temps: " Certains syndicats de cheminots sont toutefois sceptiques concernant un possible acte de malveillance. "Il est impossible d'enlever ces boulons sans être vu, il y a un poste d'aiguillage juste en face. Il y a toujours quelqu'un à l'intérieur", a ainsi expliqué un des responsables de la CFDT cheminots".
* dont une par un médecin urgentiste à qui son portable avait été volé avant que son voleur ne soit arrêté.

4 commentaires:

Marwan a dit…

La force de nuisance des rumeurs portées par Internet (et depuis peu, par les réseaux sociaux), a particulièrement été illustrée au moment du 11 septembre 2001, où des internautes se sont longuement querellés via des forums, autour d'images, d'analyses ou "d'indices" démontrant la théorie du complot...
Les individus qui se faisaient un malin plaisir à porter la polémique ou à mettre de lui sur le feu, étaient appelés des "trolls"...

@nn@ a dit…

C'est vrai ça, Marwan, je l'avais complètement oublié! Tout comm le surnom, pas vraiment aimable donné à ceux qui alimentaient la polémique

caphadock a dit…

Dans la nature les profiteurs nécrophages sont les hyènes

@nn@ a dit…

Oui Caphadock mais les hyènes, comme les autres animaux nécrophages, elles sont utiles puisqu'en fait elles " font le ménage"
Rien de tel avec nos propageurs et surtout lanceurs de rumeurs