vendredi 5 juillet 2013

Les résultats du bac sont connus...

... et les candidats savent s'ils ont oui ou non ils doivent passer les épreuves de rattrapage. 
Il y a 37 ans de cela, il fallait avoir au moins 12 de moyenne (et non 10) pour l'avoir du premier coup. J'ai poussé un gros soupir ce soir là en apprenant que je l'avais du premier coup. Et je dois avouer qu'en recevant quelques jours après mes résultats, j'ai béni les épreuves de sports. Les 3 points que j'y avais glanés, notamment en grimpant pour la première et dernière fois de ma vie les 5 mètres de corde*,  m'avaient permis d'échapper aux 2 épreuves orales de "rattrapage": la philo (où j'avais écopé d'un petit 8 à l'écrit) et l'allemand, une LV2 dont la grammaire me rebutait particulièrement mais que j'avais gardée parce qu'elle était obligatoire en section "Littéraire". 
Retour sur les inscrits au bac 2013... et les résultats du bac 2012
Les inscrits 2013: 664709 candidats étaient inscrits, le plus jeune avait 13 ans et le plus ancien 91. J'espère que ce dernier n'avait pas eu connaissance des statistiques qui suivent.
Et en 2012, il valait mieux être jeune car la probabilité d'avoir son bac à plus de 30 ans est de moins de 20% Mais la précocité n'était pas la panacée. La classe d'âge des candidats de 17 ans obtenait de meilleurs résultats (96,8% d'admis) que ceux de 16 ans ou moins (96,5%).
Il valait mieux aussi être une fille et provenir de milieux sociaux dits "favorisés".
Et vivre dans l'Ouest de la France puisque Bretagne et Pays de la Loire trustaient les meilleures places.
Tout bien réfléchi, en 1976, il n'y a pas eu que le sport qui m'a aidé car déjà un certains nombres d'éléments étaient présents: j'étais une fille, j'avais 17 ans et je vivais à Rennes!   
* à l'époque il fallait choisir choisir entre 2 épreuves parmi 3 sports:  l'athlétisme, la gymnastique, la natation... auxquelles s'ajoutaient le grimper de corde pour ceux et celles qui avaient fui la natation

8 commentaires:

flo a dit…

Tiens, ton histoire de grimper de corde me fait étrangement penser à ma mère! Sauf que lorsqu'elle est redescendue d'un seul coup (novice qu'elle était) elle s'est écorchée les mains...Heureusement, c'était la dernière épreuve du bac!

Florence

@nn@ a dit…

C'est amusant ce que tu racontes parce que, ce que je n'avais pas précisé, c'est que le jour du bac, de mon lycée nous étions 5 filles (classe littéraire avec sur-représentation féminine) à n'avoir jamais être montées à plus de 1 mètre au dessus du sol durant toute l'année. Et bien 4 d'entre nous ont réussi à les montrer ces 5 mètres! Le grimper de corde, pas un truc de femme?
Bon cela dit j'ai découvert que cette épreuve n'existe plus que pour les sélections de pompiers qui doivent l’exécuter... sans l'aide des pieds

lucm.reze a dit…

Le diplôme de 1898 existait-il aussi en version dame ?

@nn@ a dit…

Bonne question Luc!
Je pense que oui. Je vais voir si je trouve la réponse ur le net. Mais il n'est pas impossible qu'il y ait eu à l'époque deux versions avec aussi un diplôme de bachelière.

@nn@ a dit…

Oui Luc! Comme on trouve plein de trucs grâce à internet je peux te dire que la 1ère bachelière française a été Julie-Victoire Daubié (née 1824) qui a été autorisée à le passer en 1861, année où elle l'a obtenu.
Elle est aussi la première femme qui a obtenu une licence de lettres en 1872.
J'ai appris par la même occasion qu'en 1872 les diplômes de licence et de bac n'existait qu'en version masculine... Et que son nom a été choisi par la promotion 2010-2011 de l'IRA de Nantes

lucm.reze a dit…

Nous partageons donc les lauriers depuis longtemps. Félicitations pour votre baccalauréat millésime 1976.

caphadock a dit…

De mon temps (années 56-57)le bac était quelque chose à tel point que j'ai préférer apprendre à nager pour traverser la vie. Maintenant ce n'est plus qu'un bout de papier qui ouvre les portes administratives mais plus de la connaissance.

@nn@ a dit…

Oui Luc, mais si les filles ont désormais des taux de réussite supérieurs, les premières promotions étaient toutes petites
Quant au bac que j'ai eu en 76, plus que de l'avoir réussi du 1er coup je retiens que ça m'a permis d'échapper à la philo et à la LV2 à l'oral, deux matières "littéraires" ce qui est un comble pour quelqu'un qui se présentait à ce qui est devenu le bac "L"

Déjà à l'époque Caphadock, le bac général à lui seul, n'apportait rien de particulier, sauf de clore un cycle d'études et permettre l'accès aux études supérieures.