jeudi 18 juin 2009

Echos (1)

La teneur du billet aurait du être tout autre, mais ...
Mais si les mots ne viennent pas aujourd'hui, si les images se dérobent, c'est peut-être qu'il n'est pas encore temps.
Trop tôt.
A moins qu'il ne soit trop tard.
Comment savoir?...












Alors se dire qu'il faut se laisser porter par le hasard.
D'autres écriraient les signes...
Surgissent alors deux images.
Quasiment les mêmes quant à l'endroit où elle sont été prises: tout en haut d'un escalier qui d'une résidence de vacances permettait de rejoindre un parcours de santé le long d'une rivière qui traverse la ville d'Obernai.

Et à partir de là, laisser libre champ à l'imaginaire: un escalier, une rivière, l'été ou l'hiver...

5 commentaires:

caphadock a dit…

Oui la découverte est le fruit du hasard mêle à la curiosité.
Pour cela il faut beaucoup de patience

Christineeeee a dit…

J'adoreeeee
Voir les paysages
Se transformer
au gré des saisons
Et c'est une bonne idée
Pour illustrer
Ici l'hiver
Et là l'été !

Biseeeeeeeeeees de Christineeeee

PS1/ Manquent... l'automne et le printemps !

PS2/ Suis en train de faire un "suivi" saisonnier de deux sites particuliers ! C'est intéressant de voir toutes les couleurs que peut prendre un même paysage !

verveinecitron a dit…

Et les escaliers ont toute une symbolique dans les rêves...

arletteart a dit…

Signes..... oui! il n'y a pas de hasard mais un état d'esprit qui fait que...
le souvenir par flash rebondit et organise un nouvel état , je suis en relecture de" Mrs Dalloway"de Virginia Wolf c'est tout à fait ça !!
Douce soirée
AA

@nn@ a dit…

* Même si c'était dans un autre registre, Alexander Fleming n'aurait pas dit mieux caphadock...

* Ce ne sera pas évident de continuer la série car Nantes/Obernai ça fait une trotte et je n'ai pas de famille par la-bas.
Autrement j'ai commencé Christineeeee la même chose avec un superbe vieux pommier majestueux du parc floral de Nantes... L'été approchant il va donc falloir que je retourne le voir

* Pour les escalier je connais verveinecitron et ce qui m'embête un peu c'est que celui-ci descend vers la rivière... ce qui est déjà mieux qu'un fleuve certes.
Allez soyons positive: cette promenade c'était un parcours de santé... mais que j'ai fait en marchant

* Ah Mrs Dalloway... J'ai essayé à deux reprises de le lire Arlettart et je n'ai pas réussi à accrocher. Comme Proust d'ailleurs dont mon fils, mais pas que lui, m'a dit le plus grand bien.
Il fait donc partie des livres à lire, pour plus tard