dimanche 28 juin 2009

Requiem de Gabriel Fauré

Beaucoup moins connu que celui de Mozart, le Requiem de Gabriel de Fauré reste mon préféré: le seul qui pendant longtemps me faisait venir les larmes aux yeux en entendant le Kyrie, le seul dont j'écoute toujours le Libera me ou le Pie Jesu en respirant au même rythme que le baryton, la soprano ou les choeurs qui les interprètent.

Libera me

http://www.youtube.com/watch?v=rDpt_F8fG5A

"Libera me, Domine, de morte aeterna in die illa tremenda, quando coeli movendi sunt et terra, dum veneris judicare saeculum per ignem. Tremens factus sum ego, et timeo, dum discussio venerit, atque ventura ira: quando coeli movendi sunt et terra. Dies illa, dies irae, calamitatis et miseriae, dies illa, dies magna et amara valde. Requiem aeternam, dona eis, Domine, et lux perpetua luceat eis."

Pie Jesu

http://www.youtube.com/watch?v=sXSlhq7kSQ0

"Pie Jesu Domine Dona eis requiem. Dona eis requiem, Sempeternam requiem"

Mais pour un non croyant les paroles ont finalement peu d'importance car seule compte la musique, de celles qui vous emmènent très loin, là où le temps et l'espace se signifient plus rien.

3 commentaires:

caphadock a dit…

Entièrement d'accord. Je suis un non croyant et sans faire attention aux paroles je suis transporté comme pour les chants grégoriens. La vrai musique n'a pas besoin de mots comme elle n'a pas besoin de couleurs. Ces musiques vont droit au cœur, aux tripes et un athée peu avoir un cœur et des tripes.

arlette a dit…

Mais si la musique , chers Anna et Bernard va droit au coeur et fait vibrer des sentiments si forts c'est qu'il y a autre chose !!! en nous de "divin"..... oui! oui!
D'autre part( très objectivement )les rites et célébrations jouent sur ce mystère !!! et manipulent les âmes sensibles
pensées à ts les deux
AA

@nn@ a dit…

* Ces musiques me touchent aussi beaucoup caphadock et lorsque j'étais enceinte de ma fille ainée, j'avais toujours beaucoup de peine à retenir mes larmes au moment où les voix masculines entonnaient le Kyrie. Je n'ai jamais compris pourquoi d'autant que la chose ne s'est pas reproduite durant les deux autres grossesses.

* Je ne suis pas du tout certaine Arlette que ce soit le "divin" que nous ressentions en de tels moments. La beauté oui, ou du moins une certaine forme de beauté, ce qui explique que certains croyants s'emm*** profondément à l'audition de ces musiques (ce qui ne les empêchent pas de préférer pour exprimer leur foi d'autres supports musicaux) tandis que des agnostiques ou des athées la vivent au plus profond d'eux même, sans pour autant à aucun moment être touchés par ce que certains appellent "la grâce".