lundi 3 octobre 2011

"Après la pluie" de André Juillard

Tout commence avec le 1ère exposition de Victor. Abel, un barbu un peu enrobé qui a acheté la photographie de l'affiche veut en savoir plus sur le couple qui y figure et notamment sur Tristan dont il est sans nouvelle depuis plus d'un an.
Ainsi commence la BD "Après la pluie" au cours de André Juillard va entraîner Abel, son nouveau héros, à délaisser un Paris pluvieux pour aller vagabonder sur les routes d'Italie, du côté de Florence.

Entretemps Abel aura expliqué à Eve, sa nouvelle compagne combien Tristan et lui étaient proches... avant que Clara (la jeune femme de la photo) ne les sépare.

Abel retrouvera le couple, grâce notamment à une petite Fiat jaune et un gros matou noir et blanc qui aime la castagne et à qui Abel donne du "vieux frère".

Hélas, trois fois hélas, cette fois-ci la magie du "Cahier bleu" n'est plus au rendez-vous! Certes la BD se lit bien, notamment grâce à la qualité du dessin, au découpage très cinématographique du scénario, à la manière dont Juillard "dit" beaucoup de choses justes avec de petites cases sans texte. Mention spéciale doit être faite quant à la manière dont il découvre, grâce au chat, le cadavre de Clara: il détourne la tête, tire pudiquement sur la jupe remontée dans sa chute avant de lui fermer les yeux. Et là il remarque le lit vide du jeune enfant.
Mais ça ne suffit pas.

Avec un peu de recul, il y a eu quelque chose qui a agacé lors des relectures: la pléthore de références: - Abel offre un chat à son ami qui hésite très peu avant de lui donner le nom de ... Caïn - L'ami d'Abel qui s'appelle Tristan tombe amoureux d'une femme mariée à un certain Marc ... Et pour ceux qui auraient loupé l'allusion, à un moment Abel relit un livre où tout à la fin, une vignette montre un roi du nom de Marc qui donne l'ordre de ne plus couper un rosier qui repousse sans cesse sur une tombe! - Par contre la jeune femme qui a quitté son mari ne répond au prénom de Iseu(l)t mais de Clara (Schumann?) et celle qui aide Abel dans ses recherches (et sait beaucoup plus de choses qu'elle ne lui en a dit): Eve!
A ce stade, Martin Winckler dans "les invisibles" fait figure de petit joueur avec Charlie Lhombre et Rachel Lalumière...

2 commentaires:

Anonyme a dit…

Allez, les amoureux de Juillard, déçus, tapent. Dsl ça reste mieux cent fois mieux que la moyenne de la surproduction bedeesque francophone...

@nn@ a dit…

M. ou Mme l'anonyme j'aurais aimé que vous marquiez au moins un prénom pour faire part de votre remarque.
Remarque un peu excessive car si j'avais voulu réellement "taper" je n'aurais pas indiqué que la BD se lisait bien en précisant pourquoi. Je me serai même tout simplement abstenue de faire un billet à son sujet.