mardi 14 avril 2009

Histoire de... (1)

Pour Gene, en ce jour bien particulier pour elle...
Gene, qui accompagne tant d'enfants jour après jour
et dont on sent l'amour qu'elle leur porte
lorsqu'elle parle d'eux:

"petit garçon devenu grand"

Il était une fois un petit garçon, un petit Lion, tellement gourmand de nourriture, que ses parents ont craint qu'il ne devienne comme comme ce ballon. Ce fût d'ailleurs le 1er mot qu'il a prononcé après "Papa" et "Maman": "ballon".
Mais il était aussi gourmand d'actions, de mots, de connaissances... et des années plus tard il devint un grand jeune homme brun très mince à la peau claire et aux yeux verts, amateur non de foot mais de cet art martial qu'est le kendo et au delà de tout ce qui tournait autour du Japon dont il apprit la langue.

Un jour, "petit garçon devenu grand" décida d'acheter chez une fleuriste un bouquet pour une jeune fille portant le prénom de l'héroïne de Lewis Caroll. Il choisit les fleurs qui se rapprochaient le plus de sa couleur préférée, sans raison particulière, juste pour le plaisir de la voir sourire en les recevant
Que les "petits garçons devenus grands" sont touchants quand ils en parlent à leur mère mais refusent, par pudeur, que d'autres évoquent devant eux ce geste tendre.

Mais "petit garçon devenu grand" restait quelque part au fond de lui un petit garçon terrorisé par ... les araignées au point de crier, paniqué, quand l'une d'elles se trouvait sur son chemin, de fuir même en courant et de téléphoner, en pleine nuit, pour demander de l'aide, avec dans la voix ce tremblement qu'ont les enfants quand ils ont peur.



En pareil cas, surtout ne pas rire, tout au plus sourire tendrement.

Que les "petits garçons devenus grands" sont touchants quand, derrière les hommes en apparence si surs d'eux (on ne résout de complexes équations mathématiques, on n'apprivoise pas les partitions de Scriabine... et plein d'autres choses difficiles encore, sans le devenir un peu) affleurent les petits garçons qu'ils restent malgré les années passées.

3 commentaires:

verveinecitron a dit…

Bon, si les petits garçons dodus deviennent des grands jeunes hommes minces ce n'est déjà pas si mal (ouf!), on ne peut pas trop en demander non plus ;-))

Caillou blanc a dit…

Merci @nn@ pour ce tendre regard porté sur l'enfance ou l'âge adulte "en perspective", comme j'aime à le dire. J'aime ces connaissances croisés des âges de la vie! ça aide beaucoup à être patient, aimant, généreux envers les enfants et les adolescents... Merci aussi pour la dédicace du billet de ce jour! Beau cadeau que ces mots venus de loin!

@nn@ a dit…

* "Dodu" doux euphémisme de ce qu'il était alors Verveinecitron.
Il était aussi très exclusif à mon égard. Mais les petits garçons ne le sont-ils pas toujours avec leur mère?... à moins que ce ne soit nous qui ayons une attitude différente avec leur(s) soeurs?...
Bonjour papa Freund :-)))

* Ce type de regard enfant/adulte (qu'il est devenu ou qu'il deviendra peut-être) je l'ai souvent rencontré, Caillou blanc, chez des enseignants bloggeurs: vous-même, Malaussen, Verveinecitron ou, plus loin, une jeune femme suisse qui a fait (et fait encore) de manière occasionnelle des remplacements.
Un regard que certains parents devraient avoir plus souvent quand les choses ne sont pas faciles avec leur enfant.