mercredi 15 avril 2009

Histoire de ... (2)

"Chibi, le chat/cigogne devenu chat/chien" Je m'appelle Chibi et j'ai aujourd'hui 2 ans.

Enfin selon mon carnet de santé puisque chat abandonné ma vrai date de naissance est inconnue. D'une certaine manière je suis né le jour où je Les ai rencontrées sur un parking d'un village de vacances, Elles, les deux femmes qui vivent désormais vivent avec moi. Je leur ai tout de suite plu. Fait pitié aussi parce que à 'époque j'étais tellement maigre qu'on pouvait sans problème compter les vertèbres de mon dos sous mon poil d'angora. Avec lui, ça a été plus difficile. Ma petite taille d'alors m'a cependant permis de lui chuchoter à l'oreile qu'il n'avait à s'inquiéter: il avait juste à me ramener vers l'ouest, à l'appartement où Elles allaient s'installer sans lui.

Entretemps, j'ai pu explorer leur maison. Il y avait notamment de la moquette murale qui était très pratique pour faire de l'alpinisme... et m'installer en haut de l'une des bibliothèques. J'allais peu dans le jardin car Elles avaient peur de me perdre malgré le petit collier rouge qu'Elles m'avaient alors mis en souvenir des cigognes alsaciennes. Depuis, je n'ai pas aimé du tout les jardins publics près de chez Elles.

Et pourtant j'aime bien les plantes ainsi que jardiner avec la plus ancienne des deux. Mais Elle n'aime pas quand je ressors avec ma patte les bulbes qu'elle y a cachés ou que je mordille les fines tiges de crocus, pourtant bien meilleures que l'herbe à chat. Il parait que je mets ensuite de la terre partout dans l'appartement. Parfois aussi je bricole, en jouant avec les objet suspendus sur les murs... en laissant d'accusatrices traces de griffes sur le papier peint.

Mais ce que j'aime le plus, c'est regarder par les fenêtres, car de mon 8ème étage la vue porte loin. Tout au fond là-bas, le bâton noir, c'est la tour de Bretagne, un repère bien connu des Nantais ... sauf que je préfère l'autre côté, celui où les mouettes, attirées par la Loire viennent danser au dessus de l'herbe sur la place en contre-bas.

Enfin, ça c'est quand je ne joue pas entre deux siestes sur son lit, dans le peu d'espace qu'Elle m'y laisse. Oui j'adore jouer avec les petits objets qu'Elles me lancent à travers l'appartement: boulette de papier, bouchon en liège ou noeud à cheveux et que je leur rapporte avant de le leur déposer près de leurs pieds ou même dans leur main tendue.

Il paraît que les chiens agissent ainsi. Pas d'insulte je vous prie! Je suis un chat et je m'appelle Chibi! Il paraît qu'en japonais ça veut "petit, joli,"

9 commentaires:

arlette a dit…

Chalut
Chibi moi c'est Stanley , suis invité à la campagne chez les Arnaud
La belle vie dans l'herbe

Chibi a dit…

ERREUR dear Stanley, tu n'es pas invité à la campagne, ce sont M. et Mme ARNAUD qui sont tes invités à ta maison de campagne. Une nuance que tout chat digne de ce nom te rappelera.

Moi je n'ai présentement aucune envie d'aller dans l'herbe vu qu'il a plu toute la journée ou presque et que donc elle est trempée.

verveinecitron a dit…

Moi aussi j'ai une minette qui s'amuse à déterrer les 3 crocus qui se battent en duel dans la jardinière, à peine sont-ils sortis.

Quant aux exploits de Chibi sur la moquette murale, ils me rappellent feu Saxo, mon premier chat lorsque je vivais chez ma mère. Nous avions partout dans l'entrée et le couloir une affreuse moquette murale marron foncé que l'on n'avait jamais eu la force de décoller et le chat passait ses journées à grimper jusqu'au plafond, se balançant dans le vide au dessus des portes ouvertes: ça amusait beaucoup nos invités. Finalement, au bout d'une année "d'escalade", la moquette murale en avait pris un sacré coup et cela a convaincu ma mère de la changer. Quant à notre intrépide chat, il a fini par se faire écraser devant la maison laissant un grand vide dans notre foyer...

Marwan a dit…

Chalut Chibi.
C'est donc toi qui passe parmi les livres?

arlette a dit…

Hello chibi
envoyé un mail et il est revenu !!!
pluie sur l'herbe ce matin , les coussins sont plus confortables
les Arnaud n'apprécient pas mes griffes de contentement , dommage j'aime aussi les moquettes et tapisseries murales en soie rose de préférence!!!!
je fais une apparition sur Sky
caresses de ..... et je n'ai pas de puces

@nn@ a dit…

* Moi Verveinecitron c'était toujours le même crocus qu'il déterrait. Il a trouvé le moyen de le déposer en "cadeau" sur l'oreiller de la jeune japonaise venue chez nous avant de jouer avec dans tout l'appartement!
J'ai beaucoup ri en lisant les exploits de Saxo, en étant triste à la fin car même Chibi ne quitte pas son 8ème étage, un jour lui aussi nous quittera.

Chibi a dit…

* Chat-lut Marwan,
Oui c'est moi qui passe parmi les livres, même qu'elle pourrait installer une autre bibliothèque dans sa chambre parce que avec les livres mais aussi les CD et les DVD sur la commode, comment veux-tu que je puisse m'allonger. Alors de temps en temps j'en fait tomber et elle n'est pas contente.
J'aime bien passer aussi dans le dernier tiroir du bas de sa commode pour aller derrière celle-ci histoire d'essayer de récupérer les petits objets qui ont roulé dessous

* Désolé Stanley mais ton mail n'est pas arrivé, il a sans doute préféré rebrousser chemin vu la pluie de hier. Mais aujourd'hui il fait "grand beau" je vais pouvoir dormir au soleil
Pour les coups de griffes, je Les aie entendues parler d'un griffoir. Et puis quoi encore! Le vieux fauteuil blanc avec plein de mes poils (plus personne n'essaye de s'y assoir) est tellement plus confortable...
T'inquiète pas pour les puces, les seules que je fréquente sont informatiques et j'essaye de faire attention aux virus.

Jean a dit…

"..."Le plus difficile, ce n'est pas de sortir de Polytechnique, c'est de sortir de l'ordinaire" Charles de Gaulle...."

Je comprends ce que voulait dire de gaulle .

Mais je crois qu'il est possible de retourner cette phrase .

Qu'est ce que sortir de l'ordinaire ?

Est ce faire du tape à l'oeil , du spectaculaire ?
Je suis convaincu que la VRAIE GRANDEUR se trouve dans la manière dont on est capable de vivre la vie ordinaire .

@nn@ a dit…

"...Qu'est ce que sortir de l'ordinaire ?
Est ce faire du tape à l'oeil , du spectaculaire ?..."
Pour certains et même au sommet de l'Etat tel semble bien être le cas, Jean.
Mais pour Charles de Gaulle, j'en doute fort. Il appartenait plutôt à la catégorie des hommes qui cherchent à s'élever bien au dessus de l'ordinaire, du quotidien, à le dépasser, à se dépasser.
Des idées bien éloignées de notre monde actuel.