dimanche 25 septembre 2011

Quelques catastrophes survenues en Loire-Atlantique

À l'occasion d'un congrès des pompiers qui s'est déroulé à Nantes, l'un des professionnels présents est revenu sur quelques catastrophes et incendies qui ont marqué l'histoire du département.

24 août 1796: le théâtre Graslin en feu
Au départ, il y a eu, comme bien souvent à cette époque, un problème de bougie. L'une d'elle a mis le feu à une des frises du décor. En quelques minutes, la scène a été en flammes. Heureusement, la quasi totalité des 1 500 spectateurs a pu être évacuée à temps et seules 7 personnes ont trouvé la mort.
Le bâtiment sera cependant gravement endommagé, au point de devoir être reconstruit en 1813. La cause? Les bassins qui devaient servir à alimenter la pompe à incendie. Ils étaient vides d'eau en raison de la longue sécheresse de l'été.

14 juin 1931: le Saint-Philibert coule
Le Saint-Philibert était un petit bateau de croisière à vapeur qui naviguait dès la belle saison dans l’embouchure de la Loire. Prévu pour 250 personnes, ce jour là, plus de 500 personnes étaient en réalité montées à bord pour participer à une excursion à Noirmoutier. Sauf que le soir venu, au moment d'appareiller pour le voyage du retour, les conditions météo s'étaient beaucoup dégradées.
Le naufrage était quasiment inévitable. Il ne s'écoulera d'ailleurs que quelques minutes entre la 1ère alerte du sémaphore de Saint-Gildas : « Bateau en détresse. Envoyez secours. » et le second message : « Bateau disparu. Probablement sombré corps et biens. »
Des familles entières seront décimées et seules huit personnes survivront.

28 janvier 1972: incendie de la cathédrale
Que l'on soit croyant ou non, il y a des bâtiments symboliques de Nantes. La cathédrale est l'un d'eux. C'est pourquoi tant de Nantais seront choqués de voir le feu, qui est parti des combes, ravager la toiture de la cathédrale... et contribuer à la destruction des vitraux épargnés durant la seconde guerre mondiale.
Après cela, la cathédrale restera fermée quatre ans avant d'être reconstruite, mais pas tout à fait à l'identique, ce qui a obligera Jacques Demy, lorsqu'il tournera son film "une chambre en ville" dont l'action se situe avant 1972, à "tricher" via des calques

29 octobre 1987: incendie de l'entrepôt Loiret et Haentjens
Ce nom ne disait rien à la majorité des Nantais. Alors quand un appel d'urgence a été reçu par les pompiers ce matin-là, la mention « feu dans un silo à grain » n'a pas surpris. En fait, il s'agissait d'un feu dans un entrepôt contenant notamment 2 850 tonnes d'engrais (qui lui vaudront ensuite d'être classé Sévéso), d'où les vapeurs toxiques dégagées lors de la combustion...
En cours de journée, Nantes sera le lieu de la première évacuation européenne massive d'une population soumise à un risque majeur. 37 900 habitants (sur une agglomération de plus de 400 000) près devront partir. Dans la zone la plus à risque il y aura quand même quelques centaines de personnes "oubliés" ... et un sérieux traumatisme pour ceux et celles présents ce jour là

Catastrophe de l'Erika, 12 décembre 1999
Pour une fois, ce n'était pas les côtes de la Bretagne nord qui étaient touchées. C'est le seul point "positif" car pour le reste, personne n'a pu oublier que ce sont plus de 30 000 tonnes d'hydrocarbures qui se sont déversées dans l'océan avant d'engluer les côtes, jour après jour.
Si dans un premier temps, les politiques semblent avoir minimisé la catastrophe et la pollution qu'elle avait engendré, les élus locaux ont très vite pris conscience des ravages produits sur des kilomètres de plages et de rochers de la Côte sauvage.
Depuis, comme beaucoup, j'ai sauf force majeure boycotté la compagnie Total qui refait régulièrement parlé d'elle via les problèmes de fonctionnement de la raffinerie de... Donges

3 commentaires:

malaussen a dit…

Le 25 mai 2009 : deuxième descente du Football Club de Nantes en ligue 2 ! Si ça, c'est pas une catastrophe... :-)

Marwan a dit…

Non Malaussen, ce n'est plus une catastrophe mais une tragédie... :-)

@nn@ a dit…

* Effectivement Malaussen, pour certains sportifs (dont un certain nombre d'habitués du parc de la Beaujoire) cela a été une catastrophe! Ben oui quoi, ils perdaient une des rares occasion de faire un peu de sport en escaladant les gradins des tribunes dudit parc

* Heureusement que je connais tes hauts faits sportifs Marwan, sinon j'aurais pu penser que tu parlais sérieusement!