mardi 19 mai 2009

... A comme...

Michel Pastoureau dans son livre "Bleu" rappelle que, avant la découverte de l'indigo, la couleur bleue obtenue à partir de la guède était peu stable. En serait-il de même de certains sentiments? Il faut croire que oui. Au hasard du net, il arrive que l'on trouve des mots qui correspondent tellement à ce que l'on ressent à ce moment là que l'on ne peut que mettre leurs références en signet, pour un jour dont on espère qu'il n'arrivera jamais. Ainsi au début du printemps il y eu deux sites dont les intitulés renvoyaient à la couleur bleue mais aussi au blues de leurs auteurs.

http://leblogdemyrtille.blogspot.com/

http://delphine-encoreetencore.blogspot.com/

Et puis le temps passe sans que l'on oublie ces mots-là.

Il y a le fleuve. Il coule. Lui est débout, à côté de moi. Je le regarde. Il ne dit rien. Il regarde au loin. Là où le fleuve se perd dans la vallée, en amont. J’aurais voulu lui prendre la main. Je ne l’ai jamais fait. Tant de fois j’ai rêvé de cette main toute proche dont je ne connais même pas la sensation sur ma peau. Mais je l’ai regardée. C’est une main qui écrit, une main qui rêve.(...) Il se tait. Je me tais aussi. Il a besoin de marcher. Il ne sait pas que je me raconte une histoire.Je me raconte l’histoire de notre amour qui n’existe pas. (...) Nous resterons ainsi, proches et lointains à la fois dans un silence symétrique.(...) J’ai cessé depuis longtemps de pleurer le manque de lui. Il a voulu m’éloigner, souvent. Je suis partie pour ne pas avoir mal. Je suis revenue, toujours. Si ma vie est ailleurs, mon amour est intact. Mais il me semble voir encore, très loin, tout au fond de ses yeux, une vague lueur, une fugitive tendresse dans laquelle je me perds un instant, rêveuse, encore, de ce qui n’a pas été. Et ne sera jamais.

J'ai un ami. J'avais un ami. J'ai un ami. Je ne sais pas. Je ne sais plus. L'amitié doit-elle être réciproque? Peut-elle se nourrir de souvenirs? J'avais un ami, je comptais pour lui. Je signifiais quelque chose pour lui. J'ai trop peu répondu à sa main tendue, je n'étais pas prête. J'avais besoin de lui mais n'avais rien à lui donner. J'ai réalisé peu à peu, malgré toutes les différences, malgré les distances -le temps aussi bien que les kilomètres- combien il était important pour moi. Et je m'enrichissais. Mais aujourd'hui les choses ont changé, la page est tournée, pour lui en tout cas, je crois. Qui suis-je à ses yeux? Une étrangère encombrante, insignifiante, différente. Une pierre, mais non, je serais quelque chose déjà. Une ombre, oui, l'ombre d'un souvenir, l'esquisse d'un sourire, d'une larme momifiée, c'est déjà ça. J'aimerais tellement qu'il en soit autrement.

4 commentaires:

michelgonnet a dit…

Michel Pastoureau, que de Voyages avec ce "grand bonhomme" (sourire)
À le fréquenter, nous ne "voyons" plus les choses de la même façon.
Belle et lumineuse journée. Qu'elle le soit au moins pour le coeur à défaut de l'être tout à fait pour le ciel.

arletteart a dit…

Que de blues dans ces bleus...

malaussen a dit…

Deux très beaux textes ! L'expression "avoir des bleus à l'âme" n'en a que plus de force !

@nn@ a dit…

* Hélas Michel, le coeur et le ciel s'accordaient fort, du moins lundi soir au moment de la rédaction de ce billet...

* ... ainsi que vous vous en êtes aperçus Arletteart et Malaussen.
Il y a des jours comme ça où même les chats...
Demain, le billet sera moins rempli de blues mais tout aussi plein d'interrogations... comme peut-être ceux qui suivront.
Peut-être n'est ce après tout qu'une conséquence indirecte de la fatigue liée à de récents petits "bobos" de santé qui ont eux-même sans doute été (ré)réactivés par ce que j'appelle "la petite musique intérieure"