samedi 9 mai 2009

La nostalgie...

...est ce cette chanson de "Retiens la nuit" ou ne serait-ce pas plutôt cette autre que Charles Aznavour a lui aussi composée: "La bohême"? Chanson un peu universelle dont le thème a été repris tout en ayant un traitement différent par Léo Ferré et "la vie d'artiste" . Est ce pour cela qu'elle a été reprise, même relativement récemment, par un certain nombre d'artistes, hommes et femmes, français ou étrangers: Gigliola Cinquetti , Nicole Croisille , Yves Duteil , Garou, Juliette Gréco , Georges Guétary , Doc Gynéco...?

Et pour accompagner cette chanson, le corps d'une jeune femme Kiki de Montparnasse dont Wikipedia nous apprend que "... Kiki, née Alice Ernestine Prin, le 2 octobre 1901 à Châtillon-sur-Seine (Côte-d'Or) et morte le 29 mars 1953 à Paris était le modèle, la muse, l'amie et aussi l'amante d'artistes célèbres à Montparnasse dans les années 1920 (peintres, photographes, écrivains, ...), elle était aussi chanteuse de cabarets, a fait quelques timides apparitions cinématographiques et fut peintre à son tour avant d'écrire ses mémoires..."
La fin de sa vie fût très difficile et seul Fujita était présent à son enterrement.

Je vous parle d'un temps Que les moins de vingt ans Ne peuvent pas connaître Montmartre en ce temps-là Accrochait ses lilas Jusque sous nos fenêtres Et si l'humble garni Qui nous servait de nid Ne payait pas de mine C'est là qu'on s'est connu Moi qui criait famine Et toi qui posais nue
La bohème, la bohème Ça voulait dire on est heureux La bohème, la bohème Nous ne mangions qu'un jour sur deux

Dans les cafés voisins Nous étions quelques-uns Qui attendions la gloire Et bien que miséreux Avec le ventre creux Nous ne cessions d'y croire Et quand quelque bistro Contre un bon repas chaud Nous prenait une toile Nous récitions des vers Groupés autour du poêle En oubliant l'hiver
La bohème, la bohème Ça voulait dire tu es jolie La bohème, la bohème Et nous avions tous du génie

Souvent il m'arrivait Devant mon chevalet De passer des nuits blanches Retouchant le dessin De la ligne d'un sein Du galbe d'une hanche Et ce n'est qu'au matin Qu'on s'asseyait enfin Devant un café-crème Epuisés mais ravis Fallait-il que l'on s'aime Et qu'on aime la vie
La bohème, la bohème Ça voulait dire on a vingt ans La bohème, la bohème Et nous vivions de l'air du temps

Quand au hasard des jours Je m'en vais faire un tour A mon ancienne adresse Je ne reconnais plus Ni les murs, ni les rues Qui ont vu ma jeunesse En haut d'un escalier Je cherche l'atelier Dont plus rien ne subsiste Dans son nouveau décor Montmartre semble triste Et les lilas sont morts
La bohème, la bohème On était jeunes, on était fous La bohème, la bohème Ça ne veut plus rien dire du tout

7 commentaires:

Noisette. a dit…

Beaucoup de mal a vous imaginer en
"Bohéme "IL faut pouvoir le vivre.
A bientot.

michelgonnet a dit…

Toutes ces voix et ces mots qui dansent. Le coeur ,à les entendre, ne saurait y suffire.
Que le chemin qui mène à la Mer est parfois difficile (sourire)

verveinecitron a dit…

C'est drôle, j'ai fredonné la bohème toute la matinée: transmission de pensée?

Caillou blanc a dit…

C'est drôle... Depuis presque une semaine c'est la chanson de Ferré (La mélancholie" qui accompagne mes kilomètres... Belles pensées à vous

@nn@ a dit…

* Exact Noisette, je suis d'un naturel beaucoup trop anxieux pour envisager même une vie de "bohème". Mais ça ne m'empêche pas de très bien comprendre ce que ressent le narrateur

* Le chemin qui mène à la Mer (de la Sérénité?) est effectivement long Michel. Est-il même un jour réalisable sauf en esprit?

* Transmission de pensée pensez-vous verveinecitron. Ou pourquoi ce que j'appelle parfois un inconscient collectif qui fait que certaines mots renvoient pour certaines personnes aux mêmes notions et que de mot en mot le cheminement de la pensée est le même???

* Caillou Blanc:
Nostalgie/Mélancolie
Tous ces sentiments
Un peu bluezzy
Comme la vie
Quand trop de pluies

caphadock a dit…

Pour moi le secret de la vie est de pouvoir garder toujours un petit bout de bohème en soi

@nn@ a dit…

Caphadock, un psychiatre que je connaissais parlait lui du petit grain de folie. Mais d'autres parleraient de la part du rêve, de l'improvisé...