lundi 7 septembre 2009

ombre et lumière (11) avec deux acteurs et un réalisateur

Le réalisateur c'est Luchino Visconti, les acteurs, se sont en réalité un homme et une femme dont les visages sont très beaux, irradient l'écran, mais dans un cas la beauté cache en réalité un personnage très noir et dans l'autre un personnage très lumineux.

L'ange noir, c'est Helmut Berger dans "les Damnés", réalisé deux ans avant "Mort à Venise".

On peut voir le film comme l'histoire de l'ascension et de la chute des membres d'une famille propriétaire d'importantes aciéries allemandes pendant la montée du nazisme.
Mais derrière l'histoire d'une famille, ce sont des individus qui, même lorsqu'ils essaient de s'arranger avec le pouvoir en place et croient s'en sortir sont broyés, détruits. En fait tous les membres sont condamnés à mourir, physiquement (le vieux patriarche, son gendre libéral, la mère incestueuse...) ou moralement.
Le pire arrive tout à la fin lorsque l'officier nazi qui vient d'expliquer au petit-fils musicien du patriarche, le seul que l'on pensait pouvoir être épargné, finalement le félicite parce que sa haine est pure, contrairement à celle de son cousin, joué par Helmut Berger dont il sait fort bien qu'il est toxicomane, violeur d'enfant et parricide...

On est alors très loin de l'ange blanc, la lumineuse Claudia Cardinale.

Elle a alors 25ans et elle est très belle, comme beaucoup de femmes souhaiteraient l'être, lorsque dans sa robe blanche elle danse avec Burt Lancaster. Son personnage symbolise tout le passage d'un monde, celui de la noblesse, à un autre , celui de la bourgeoisie.
Elle sera de nouveau très belle 5 ans plus tard dans "il était une fois dans l'ouest".
Mais dans "le guépard" il y a quelque chose en plus, tout simplement peut-être qu'on la laisse au seuil d'une autre vie alors que dans le film de Sergio Leone, on devine que la jeune veuve qui a enfin réussi à faire valoir ses droits devra encore se battre dans un monde d'hommes qui est dur, très dur.

5 commentaires:

Marwan a dit…

Curieusement, je n'ai pas gardé un souvenir extraordinaire de Claudia Cardinale dans "Il était une fois dans l'Ouest".
J'ai même trouvé que parfois son rôle semblait plus écrit comme un second rôle majeur que comme un personnage principal...

Mais il faut dire que Branson a "tué" le jeu de tous les autres acteurs avec sa seule silhouette annociatrice de mort dans son imperméable clair et le son de l'harmonica...

verveinecitron a dit…

Pareil que Marwan!

En revanche, il serait plus que temps que je me "penche" sur le guépard (acheté en 2004 tout de même et jamais visionné)

@nn@ a dit…

* Il est exact Marwan, que dans "il était une fois dans l'ouest", le rôle de Claudia Cardinale est plus un second rôle, tout comme elle l'était d'ailleurs dans le film de Visconti où le personnage principal reste le prince interprété par Lancaster, ce "guépard" dont le monde ancien se meurt et qui ne pourra survivre que s'il passe par une alliance avec les forces montantes de la bourgeoisie.

* Cela fait des années que je n'ai pas vu "le guépard" verveinecitron. Je crois même ne l'avoir vu qu'une seule fois il y a plus de 20 ans de cela, et pourtant, alors même qu'il ne fait pas partie de mes films cultes il me reste plein d'images en tête...
Et moi aussi j'ai un certain nombre de DVD achetés souvent sur un coup de coeur qui attendent que je les regarde :-/

arletteart a dit…

OUI !! OUI à revoir mais avec une certaine crainte d'être déçue!!même en étant indulgeante au temps qui passe ..........

@nn@ a dit…

Exact Arlette, le risque est grand, ou plus exactement existe, d'être déçu(e) car certains films "vieillissent" mal.
Mais l'avantage de les revoir des années après, c'est qu'on peut y voir des choses que l'on n'avait pas vues jusqu'alors.
"Il était une fois dans l'ouest" peut-être d'abord lu comme la vengeance d'un petit garçon dont la famille a été autrefois massacrée, mais avec le recul il y a aussi d'autres choses.
Quant au "guépard" si autrefois je n'avais d'yeux que pour le couple Cardinale/Delon, peut-être désormais serais-je plus attentive au personnage du Prince.